2022-01-14

2010

Célébrons notre créativité !

En 2010, la Fête nationale célèbre l’étincelle qui a fait de nous des patenteux allumés, des inventeurs inspirés, des bricoleurs aux grandes idées et surtout des créateurs de talent. Inspirons-nous de ces hommes et femmes qui, à partir d’une idée, d’un rêve ou d’une folie, ont bâti une nation. Que ce soit sur une page blanche ou sur une scène, dans un atelier ou sur les hauteurs de la Baie-James, notre savoir-faire fait de nous un peuple de créateurs!

En traversant les océans, les artisans de tous les continents ont créé ici un monde nouveau. Persévérants, ils se sont inspirés des autochtones pour inventer de nouvelles façons d’imaginerla vie. Distincte par sa langue et sa culture, notre société n’est jamais restée captive de sa condition; elle s’en est au contraire servie comme d’un tremplin pour assurer sa croissance. Si bien qu’aujourd’hui le Québec est une communauté qui se développe par son énergie, sa détermination, son travail et par ses propres talents.

Les affiches

Nous sommes fiers de vous présenter les quatre affiches thématiques de la Fête nationale du Québec 2010. Le visuel de la Fête nationale du Québec est l’oeuvre des artisans de l’agence Bos, partenaire de la 176e édition.

Merci à BOS et ses collaborateurs pour la campagne 2010 :
Philippe Aubin-Dionne, Simon Beaudry, Martin Bernier, Jacques Dallaire, Lisa Fournier, Roger Gariépy, Hugo Léger, Emmanuel Mazeron, Yves McCann, Michel Ostiguy, Ysabel Rodriguez, Devin Barrette, Mike Giles, Gabriel Carbonneau, Karim Charlebois-Zariffa, Simon Duhamel, Levi Hemphill, Jean-Paul Lamirande O’Bomsawin, Nik Mirus, Kyosuke Nishida, Noémie Poulin, Philippe Roy, Emanuel Hoss-Desmarais, Marie-Claude Langlois, Frédéric Chamberland, Simon Fraser, Sophie Gérard, Christophe Lavigne, Johanne-Patricia Parris, Nathalie Chagnon, André Ouellet, Sam Armin, Omar Sailhan, Julie Garcia, Éric Lebeau, Denis Tremblay, Moustapha Touil, Tristan Poirier, Marie-Ève Bertrand, Luiz Saraiva et les deux agnelets !

Lancement national

Les porte-parole

Mireille Deyglun

Comédienne, chroniqueuse, animatrice et porte-parole, Mireille Deyglun est bien connue du public québécois. À la télévision, elle a joué dans plus d’une vingtaine d’émissions, dont Marilyn, L’or et le papier II, Lance et compte (nouvelle génération), Les poupées russes et Histoires de filles. Au théâtre, elle était de la distribution de plus d’une vingtaine de pièces, dont de nombreuses créations québécoises telles que Mambo italiano et Les pieds des anges. Au cinéma, elle prêta ses traits au personnage de Florentine Lacasse dans l’adaptation de Bonheur d’occasion de Gabrielle Roy.

Animatrice d’expérience, elle fut à la barre de nombreux galas, téléthons et émissions telles que Deux filles le matin sur les ondes de TVA. Elle anime présentement l’émission « 109 » à RDI, en plus d’être porte-parole pour l’AMDI (Association de Montréal pour la Déficience Intellectuelle), et pour le CQTS (Conseil Québécois sur le Tabac et la Santé) pour « Un avenir sans tabac ».

Stéphane Crête

Comédien, metteur en scène, auteur, animateur, chanteur, danseur et improvisateur, Stéphane Crête a de multiples talents. À la télévision, il joue dans plusieurs émissions, dont Les étoiles filantes, Minuit le soir, Smash, Music Hall, et Catherine, sans oublier sa marquante interprétation de Brad Spitfire dans la série Dans une galaxie près de chez vous. Ce rôle sera d’ailleurs porté au cinéma dans deux films. Au théâtre, il prend part entre autres aux productions Ladie’s night, L’Homme des tavernes. Plus récemment il joue dans Nicole, dont il est également le co-auteur, et Discothèque, deux productions de Momentum, dont il est un des co-fondateurs. Au grand écran, on le voit dans La moitié gauche du frigo, La bouteille, Cosmos.

Il est également de la populaire émission jeunesse Tactik à Télé-Québec, en plus d’être l’animateur de l’excellente émission Hors Série à TV5.

Prix « Artisan »

Le prix « Artisan de la Fête nationale », créé pour les 25 ans de coordination par le Mouvement national des Québécoises et Québécois et ses Sociétés affiliées, est remis dans chaque région du Québec afin de souligner la contribution des organisateurs et des bénévoles qui sont, année après année, plus de 20 000 à travers tout le Québec. Les récipiendaires reçoivent une œuvre du peintre émailleur, Bernard Séguin-Poirier, créée spécialement pour l’occasion. Dans chacune des régions, c’est avec beaucoup d’émotion que nous remettons une lithographie créée par le peintre émailleur, Bernard Séguin Poirier. Cette lithographie est réalisée à partir d’un original qui est remise à un grand artisan dont l’engagement aura inspiré tout le Québec.

En 2010, c’est avec un immense plaisir que le Mouvement national des Québécoises et Québécois remet à monsieur Gilles Vigneault le prix Artisan de la Fête nationale.

Gilles Vigneault

Son engagement et sa détermination en faveur de la langue française, sa générosité sans limite avec le public québécois et surtout sa contribution exceptionnelle au développement de la fierté québécoise font de cet homme, l’un des plus grands ambassadeurs de notre culture. Mieux que quiconque, il a su raconter les histoires de ce coin de continent. Mieux que quiconque il a su faire chanter les Québécoises et les Québécois.

En 1975, Gilles Vigneault offrait aux Québécoises et aux Québécoises une chanson que lui seul pouvait écrire. En entonnant, avec Louise Forestier et Yvon Deschamps, « Gens du pays, c’est votre tour… De vous laisser parler d’amour » Gilles Vigneault venait de résumer l’esprit de notre Fête nationale. Le 35e anniversaire de la chanson « Gens du pays » ne pouvait pas être passé sous silence. Aussi, Gilles Vigneault renouvelle son cadeau et nous permet de lancer un défi à 7,8 millions de Québécoises et Québécois.

Bernard Séguin Poirier, artiste peintre émailleur québécois de renommée internationale, témoigne depuis plus de 40 ans la beauté du monde à travers ses œuvres. www.seguinpoirier.com

Discours patriotique

Texte du dramaturge Michel Marc Bouchard

Mon Québec se bâtit à coups de crayon,
à coups de mots, à coups de cœur!
Il se crée à coups de gueule,
à coups de pinceau, à coups d’idées!
Il s’invente à coups de rêves.

Contre les vents puissants qui érodent l’âme des nations,
nous avons toujours en nous, fière et vivante, cette étincelle
qui fait de nous l’envie du monde entier :

Nous sommes Québécois et créateurs!
Et l’un ne va pas sans l’autre!

Sous les projecteurs de la scène,
dans les garages de village
sous les fluorescents des laboratoires,
dans les champs, dans les forêts, sur la mer,
À coups de patentes à gosses,
de bebelles insolites,
de gréements fascinants!

On réinvente chaque jour notre Québec!

Contre vents et marées, contre les peurs et la domination
On s’est tenu debout en donnant aux choses établies un autre sens!

Parce que nous taire, on n’a jamais su!

On fait de nos forces, un spectacle,
de nos solitudes, un poème,
de nos chicanes, une blague!

On chorale! On turlute! On oxygène!
On chante aux accents d’Afrique,
aux accents des McGarrigle
De l’Île d’Orléans à Natashquan,
de Saint-Vallier Montréal à la forêt des mal-aimés.
Lindberg hallucine et les foufounes se font électriques!

Nous taire? Jamais!
On parle! On phrase! On gueule!
On falardeau! On chartrand!

Nous sommes un peuple de toutes les histoires et de toutes les littératures!

Nos hivers sont des pages blanches sur lesquelles on peut tout réécrire!
De l’inespéré et de l’inattendu,
Des survenants et des hommes rapaillés.
Des complaintes de phoque, des charges d’orignal
Des Plouffe, des Caleb, des Belles-sœurs!
Des belles bêtes et des énigmes du retour.

Nos imaginaires sont comme nos aurores boréales : sans frontières!
On est faiseur de moulin à images,
échassier qui jongle avec la planète,
improvisateur dans le ring de la sainte flanelle.

On danse, on gigue! On quadrille!
On continental! On se « la la la » dans les airs!

On dessine, on sculpte, on est automatiste,
Nos courtes-pointes ont des motifs arabiques,
Et Gilles Carle filme notre vraie nature!

Nous taire, baisser les yeux, cesser de bouger, nous le refusons globalement!

Je n’ai pas 20 ans!
J’écris le « Vaisseau d’or »!

Je n’ai pas 20 ans!
Je présente mon robot à Expo-science! Je compose le Concerto de Québec! Je crée une ONG!

Je n’ai pas 20 ans!
J’invente la motoneige! Je décrypte le génome humain! Je lutte pour des amours différentes!

Je n’ai pas 20 ans!
J’ai un cœur de pirate! Je récite le cantique de la loi quantique! Je plante des arbres!

Je n’ai pas 20 ans!
J’invente un jeu vidéo! Je monte les marches de Cannes! Je viens en aide à Haïti!

Et chacune de mes créations participe à la beauté du Québec
et cette beauté se conjugue en français!

Notre langue que nous avons su protéger contre les speak white!

Notre langue, que les travailleuses d’ici, pour se rappeler à elle,
ont décorée d’un « e », d’un « euse » et d’un « ice »!

Notre langue, fragile dans chacun de nos gestes du quotidien,
dans chaque pas que l’on fait vers l’autre.

Notre langue aura toujours besoin de notre créativité!

Gens du pays!
Créateurs d’hommes partis dans le Nord et des retrouvailles dans le Sud.
Inventeurs d’hivers terribles et d’étés trop courts!

Gens du pays!
Magiciens de l’esprit, débrouillards devant l’éternel.

Québécois et Québécoises de toutes les régions et de toutes les métropoles!

Gens de l’avenir! C’est votre tour de vous laisser parler d’amour!

Notes biographiques

Michel Marc Bouchard est l’auteur de plus de 25 pièces, toutes créées au théâtre. Ses oeuvres sont traduites en plusieurs langues et jouées régulièrement un peu partout à travers le monde y compris au Japon. Diverses productions de ses pièces ont remporté de nombreux prix, notamment Les feluettes, L’histoire de l’oie et Les muses orphelines.

Boursier du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des Arts de l’Ontario, du ministère de la Culture du Québec et de la Fondation Beaumarchais (Paris), il a été auteur en résidence au Théâtre de Quat’Sous et au Théâtre du Nouveau Monde (Montréal), au New Dramatist de New-York, au Banff Center for the Arts (Alberta), au Festival de Limoges (France), à l’Université d’Ottawa et au Teatro della Limonaia (Florence). Les adaptations de ses pièces au cinéma (Les feluettes-Lilies) et à la télévision (L’histoire de l’oie/The tale of Teeka) lui ont valu maints éloges et plusieurs prix.

Publicités multimédia

« Célébrons notre créativité! »

CRÉATEURS DE GÉNIE

De leurs mains, les Québécoises et Québécois ont dénudé la pierre, le bois, la glace et le sable pour que les éléments s’expriment et que s’imprime leur talent. Et les sabots de bois ont laissé leur place à l’artisanat, aux œuvres d’arts, aux inventions, aux techniques nouvelles et savantes, aux découvertes qui éclairent tous les domaines. Pionniers de la débrouillardise, les Québécois ne cessent d’innover. De la motoneige au bixi, ils ont mis leurs inventions au service des gens d’ici.

CRÉATEURS D’IMAGINAIRE

Ambitieux, nos créateurs ont confié leur imaginaire aux idées les plus grandes. Aujourd’hui, que l’on soit devant un écran de cinéma ou d’ordinateur, à visionner le dernier succès populaire ou d’auteur, à découvrir le monde d’un super-héros virtuel ou à parcourir un nouvel univers, les créateurs d’ici ne sont jamais loin. Sur une scène ou dans une galerie, le talent québécois fait rêver. Et comme s’il ne suffisait pas de réinventer le cirque, nos artistes conquièrent les cœurs et les esprits, inspirés des rêves et des ambitions qui ont pris naissance dans notre coin du monde.

CRÉATEURS D’AVENIR

Parmi tant de diversité, tout en partageant de si grands espaces communs, nous faisons en sorte que le Québec soit de ce siècle et non du siècle précédent. Si bien qu’aujourd’hui le savoir est la matière première de nos échanges. Si bien que notre plus grande richesse naturelle est notre créativité. Car la création, c’est notre or, notre pétrole à nous.

Cultivant l’innovation, les Québécois ont fait de leur talent notre meilleur ambassadeur. Elle a toujours, pour origine, le savoir-faire de ses artisans, nés ici ou venus s’y établir. Et l’avenir du Québec, c’est dans leur tête qu’il se prépare. Alors, soyons fiers de cette créativité qui, aujourd’hui, nous permet d’imaginer demain!

L’évolution de la créativité au Québec

Les Québécois sont un peuple de « patenteux ». De tout temps, l’histoire, le climat, leur nombre et leur situation minoritaire ont bâti l’esprit créatif des Québécois. L’entreprise Bombardier et les caisses Desjardins ont posé les jalons; puis la Révolution tranquille a ouvert les vannes qui n’ont cessé de gonfler les flots de la créativité québécoise.

Le climat est l’une des raisons de la création d’une des plus grandes entreprises du Québec, Bombardier. Armand Bombardier a fabriqué sa première motoneige, dit-on, dans l’espoir qu’aucune femme ne meure plus en accouchant parce que le médecin n’est pas arrivé à temps.

Outre cet aspect historique, l’explosion de la créativité québécoise date du début des années 60 avec les balbutiements de la Révolution tranquille. « La naissance de deux entreprises, Cossette et BCP, marque un tournant. Avant, la publicité venait des États-Unis, on présentait des traductions. On s’en est inspiré, mais en fondant ces entreprises, les Québécois ont commencé à sentir qu’ils étaient capables d’être très créatifs alors qu’avant ils ne le pensaient pas », explique Claude Cossette. Aujourd’hui des agences de publicité comme Bos ont suivi la trace de leurs aînés et étendent leur influence ailleurs qu’au Québec. Bos a des bureaux à Toronto et innove au niveau du web 2.0. Tout comme Brad Marketing ou 6degrès, des agences de Québec.

Les Québécois ont toujours été obligés de se débrouiller et ont ainsi développé leur imagination par obligation. « La seule différence est qu’avant les années 60 cette créativité n’était pas mise en marché. La Révolution tranquille a réveillé la fibre d’entrepreneur qui sommeillait dans chaque « patenteux ».

La situation géographique et la réalité linguistique minoritaire du Québec, à cheval entre la France et l’Amérique du Nord, permettent à ce peuple de s’abreuver à deux grandes cultures et de s’en enrichir. « Lorsque j’ai créé Cossette, il n’y avait pas grand-chose; je me suis inspiré de ce qui se faisait ailleurs, mais j’ai inventé la procédure de création publicitaire propre au Québec à partir de ce que je lisais ».

Le fait que les Québécois ne représentaient pas la culture dominante les a forcés à réinventer plusieurs manières de faire. « Quand on vient de Baie-Saint-Paul comme Guy Laliberté, le fondateur du Cirque du Soleil, on n’a pas les moyens de s’acheter un éléphant pour faire du cirque traditionnel. Pour se démarquer, il faut être différent et meilleur », explique Claude Cossette. Ce qui a donné naissance aux costumes et spectacles grandioses et uniques qu’offrent le Cirque du Soleil dans le monde entier.

La fierté québécoise

La créativité québécoise est encouragée par le sentiment de fierté engendré par les réussites. « Même si les Québécois sont très critiques face à ceux qui réussissent, il y a un grand sentiment de fierté et de solidarité. Ce que le Parisien n’a pas, car il se sent plus en compétition », souligne Claude Cossette.

L’histoire du peuple québécois, parsemée de luttes pour pouvoir se tailler une place dans la société canadienne et son statut minoritaire auraient engendré une créativité plus importante.

D’ailleurs, après la Révolution tranquille, les exemples se multiplient. L’Exposition universelle de 1967 en est un point tournant. « Cet événement a une importance capitale pour la jeunesse québécoise qui est dans la vingtaine à cette époque. Elle a fréquenté l’Expo et s’en est inspiré. Elle a bu cette effervescence avec avidité », mentionne Claude Cossette.

Habitat 67, un complexe immobilier original d’un jeune architecte montréalais, Moshe Safdie, est un des exemples historiques de la créativité de la fin des années 60. Par la suite, les Jeux olympiques de 1976 ont permis à la société québécoise d’avoir confiance en ses moyens. Puis les Floralies en 1980. « On a senti qu’une manière de penser très québécoise et originale s’imposait », conclut Claude Cossette.

Le rêve d’un Québec créatif

Certains rêvent de voir le Québec devenir un fer de lance mondial de la créativité. D’autres pensent que le manque de combattants empêchera la belle province de faire ses preuves sur la scène mondiale. Pourquoi ne pas rêver ?

Plusieurs sont persuadés que le Québec possède le potentiel pour rayonner au niveau mondial. Patrick Cohendet, Français établi depuis 6 ans au Québec, professeur à l’École des hautes études commerciales (HEC) et co-directeur de MosaiC, le Centre de recherche et de transfert sur le management de la création dans la société de l’innovation, confirme le rayonnement international du Québec. D’ailleurs, la métropole québécoise se compare avantageusement à Barcelone ou à Amsterdam. « Les gens connaissent Montréal et le Québec pour leur créativité. Les Québécois sont pris en exemple. Je suis très optimiste pour l’avenir. Ici, on peut tout faire, alors qu’en France, il faut démontrer qui on est. Au Québec, les barrières administratives sont limitées. Cette liberté est très importante pour la créativité », souligne-t-il.

Le professeur ajoute que la créativité québécoise a un formidable potentiel pour se sortir de la crise économique. « N’oublions pas que le taux de croissance des entreprises créatives dépasse le taux des autres entreprises ».

Un potentiel créatif pointe du côté écologique. En effet, plusieurs initiatives écoresponsables viennent du Québec. « La créativité pourrait injecter des idées nouvelles dans toutes les industries », suggère le professeur. « L’avenir créatif de Montréal et du Québec est définitivement positif, inspirant et prometteur », ajoute Yves Bourguignon, agent de développement pour la conférence régionale des élus de Montréal.

Mais tout le monde n’est pas du même avis. Le publicitaire et professeur Claude Cossette n’est pas très optimiste à cause du statut minoritaire du Québec et de sa faible puissance financière.

Qui aura raison ? Les exemples de succès créatifs se multiplient pour démontrer que la relève est prête et bien loin de s’essouffler. On l’encourage et plusieurs travaillent dans cet esprit. Du 2 au 17 juillet prochain, la deuxième édition de l’École d’été en management de la création dans la société de l’innovation se déroulera à Montréal et regroupera des gens du Québec et de l’étranger.

Maintenir le « momentum » créatif

Finalement, cet aspect créatif devrait être encouragé dans les entreprises. Comment ? En consultant les employés. Une boîte à idées peut accoucher d’idées nouvelles dans l’organisation du travail!

Il faut aussi alimenter la créativité citoyenne qui s’exprime de plus en plus, en particulier grâce à Facebook et Twitter. « La créativité citoyenne contamine les autres, c’est inspirant », conclut Yves Bourguignon.

Les 1001 succès créatifs du Québec

Finalement, cet aspect créatif devrait être encouragé dans les entreprises. Comment ? En consultant les employés. Une boîte à idées peut accoucher d’idées nouvelles dans l’organisation du travail!

Il faut aussi alimenter la créativité citoyenne qui s’exprime de plus en plus, en particulier grâce à Facebook et Twitter. « La créativité citoyenne contamine les autres, c’est inspirant », conclut Yves Bourguignon.

La créativité s’exporte

Si on parle souvent des artistes et des entreprises qui réussissent à l’étranger, il ne faut pas oublier les artistes qui vivent de leur art, comme les ateliers du Mile End. On a aussi des initiatives comme la revue Urbania, l’émission Mange ta ville, les accessoires pour le vélo de la compagnie sherbrookoise Arkel et les vêtements écologiques Respecterre (www.respecterre.com). Comment oublier Johanna Berzovska d’Exagram qui fait des textiles intelligents, un mélange de science et de culture.

Le côté artistique créatif de Roger Parent s’exprime à travers son entreprise Réalisations.net (http://realisations.net), une compagnie qui conçoit les décors des plus grands hôtels du monde entier, à Las Vegas, au Mexique. S’il y a exportation, 90 % de la conception et de la fabrication se font au Québec.

On a aussi Vyv (www.vyv.ca) une compagnie d’habillage scénique et d’environnement virtuel qui a produit des effets spéciaux pour Britney Spears et Justin Timberlake.

On ne peut passer sous silence le talent de l’entreprise située dans les Laurentides, Hybride Technologies, qui a travaillé sur les effets spéciaux du film de James Cameron, Avatar.

La culture sous toutes ses formes

Les groupes Arcade Fire, Malajube, les chanteurs Ariane Moffat, Coeur de Pirate et Pierre Lapointe, l’auteur-illustrateur Michel Rabagliati, l’écrivaine Marie-Christiane Bernard, lauréate du prix France-Québec, sont aussi des créateurs québécois qui s’illustrent un peu partout. Patrick Cohendet souligne que le domaine de la musique électronique est très dynamique à Montréal. Il donne l’exemple de Société des arts technologiques (SAT, www.sat.qc.ca) qui est un centre dédié au développement et à la conservation de la culture numérique.

La beauté s’exporte

Si le Québec ne se compare pas à la France pour les produits de beauté, cela n’a pas empêché plusieurs entrepreneurs dans le domaine comme Lise Watier et Alain Renaud de s’y frotter. Les soins corporels et produits de beauté que ces compagnies ont créés se retrouvent sur les tablettes en France. Les laboratoires de Druide ont misé sur des produits de soins cosmétiques biologiques certifiés par Écocert.

Les succès du multimédia

L’avènement de la Cité du multimédia au début des années 2000, aidé de mesures gouvernementales, a fait la renommée de Montréal. Si la firme française Ubisoft s’est installée à Montréal, elle a aussi été un vecteur dans la création d’entreprises du même type. À Québec, Beenox est une vedette dans le développement des jeux vidéo. Fondée par un jeune de la région, Dominique Brown, la compagnie continue d’y rayonner malgré son acquisition par Activision. Beenox poursuit son ascension avec des jeux tels que « Guitar Hero » qui compte une dizaine de millions d’adeptes ou « Quantum of Solace », de la populaire série James Bond. Tout ceci fait au Québec !

Côté informatique, on doit aussi souligner le succès de Druide informatique inc. qui a développé le très populaire logiciel de correction de français, Antidote.

Côté cuisine

Si on illustre souvent la créativité par la culture et la technologie, le Québec s’illustre dans d’autres domaines très diversifiés. En cuisine, on peut citer le propriétaire-chef du restaurant Toqué, Normand Laprise. Ce dernier réinvente la cuisine dans chacun de ses plats, tout en s’approvisionnant localement.

Quand on mange, il faut boire. Le cidre de glace, unique au monde, est un excellent apéritif qui utilise le froid climat. « C’est un très bon exemple du potentiel créatif québécois. Il y a beaucoup d’intelligence dans la campagne québécoise, pas seulement en ville », souligne Patrick Cohendet.

La mode québécoise

Outre la cuisine, la mode n’est pas en reste. Il fait froid au Québec en hiver ? Peu importe! Utilisons cet aspect de notre climat pour fabriquer des vêtements totalement adaptés. Les manteaux de Kanuk, Quartz nature et Chlorophylle le démontrent. Cette dernière est aussi à l’avant-garde en matière de vêtements de sport, tout comme Louis Garneau dans le domaine cycliste, même si la majorité de ses créations sont fabriquées en Asie.

Outre les manteaux traditionnels, on s’habille parfois de fourrure. Pas très écolo direz-vous? Détrompez-vous! Mariouche Gagné a développé une compagnie de renommée internationale, Harricana, dont les débuts ont été marqués par le recyclage de la fourrure. Dix-sept ans après la création de Harricana, la réutilisation de tissus usagés s’est multipliée. Mariouche Gagné a lancé une mode. Sa créativité a inspiré de nombreux designers qui l’ont imitée.

Un exemple de créativité unique que d’autres pays n’exploitent pas est ce type d’entreprises de récupération et de réutilisation qui s’est développé pour toutes sortes de matières. La compagnie Bagnole fabrique des sacs à partir de ce qu’on trouve dans les voitures, cuirs et accessoires. Il existe tant de « créateurs-récupérateurs » qu’un salon spécifique à ces artisans se déroule maintenant chaque année à Montréal et devient de plus en plus populaire.

En même temps, les exemples ne se limitent pas à de grandes entreprises qui fabriquent et conçoivent des choses extraordinaires. Aquaovo illustre parfaitement la créativité écologique à petite échelle. La compagnie a mis en marché divers distributeurs et filtres d’eau en porcelaine. Beaucoup plus design que les traditionnelles bouteilles en plastique (http://www.aquaovo.com/).

Où qu’on se tourne au Québec, quel que soit le domaine, on peut constater le potentiel créatif des Québécoises et des Québécois, autant celui qui a déjà été mis en oeuvre que celui prêt à éclore.

Fonds d’écran

800×600

1024×768

1680×1050

iPhone

Rapport annuel

Voir le rapport (PDF)

Partenaires

Gouvernement du Québec Hydro-Québec Société des alcools du Quéebec Mouvement National des Québecois
2010